Ce que tu ne savais pas sur les collations

La vie va vite et lorsqu’on tourbillonne comme une toupie entre les cours, le travail, l’entraînement et les sorties, une bonne collation bien placée est souvent ce qu’il nous faut pour garder le mouvement. Cela dit, elles ne sont pas toutes égales. Ce que tu ne savais pas sur les collations, tu l’apprendras dans les lignes qui suivent!

L’utilité d’une collation bien pensée

Une collation sert principalement à deux choses : 1) soutenir la faim et 2) nous donner de l’énergie. Pour remplir ces missions, le mieux est de combiner une source de protéines (particulièrement efficaces pour accomplir la première) à une source de glucides complexes (pour la seconde). Si ces termes te semblent nébuleux, lis jusqu’à la fin! On te donne des idées précises plus bas.

Quelle est le format idéal pour une collation santé? Tout dépend de ton appétit et de l’heure de ton prochain repas. Le but est de te sustenter jusqu’à ce moment-là, sans te couper complètement l’appétit.

Prendre une collation versus grignoter

Il n’y a rien de mal à manger entre les repas, à la condition de le faire pour combler une faim physique et non l’ennui, la tristesse ou le stress. Si ton estomac gargouille, que tu sens une baisse d’énergie et de concentration et / ou un début de mal de tête, bois de l’eau et mets-toi quelque chose sous la dent !

D’ailleurs, en modérant notre appétit, les collations saines permettent de manger de plus petites portions aux repas, de sorte que le bilan de la journée n’est pas nécessairement majoré à la hausse. Ceux qui surveillent leur poids peuvent veiller à mieux structurer l’horaire des repas en ce sens. Par exemple, au lieu de rajouter une collation en après-midi, on divise notre lunch pour manger notre sandwich et nos crudités à midi, puis on garde notre pomme et notre muffin maison pour le petit creux de 16h.

S’adapter aux circonstances

Les besoins de notre corps ne sont clairement pas les mêmes si l’on passe la journée à la bibliothèque et si l’on déménage le 4 ½ de notre meilleur pote. Pour les journées plus sédentaires, c’est une bonne idée de choisir des collations légères, c’est-à-dire faibles en gras et moins sucrées (ex : cottage et fruits frais). Pour les journées actives, où notre corps dépense beaucoup d’énergie, on y va pour des options plus soutenantes (ex : boules d’énergie, craquelins et fromage, etc.). Le tout, en écoutant notre faim et en privilégiant les aliments les moins transformés possibles (gruau sans cuisson >>> galettes à l’avoine commerciales).

Parenthèse : si tu veux savoir exactement quoi manger avant et après tes entraînements, lis cet article!

Quelques idées

Pour les petites fringales

  • Cottage (protéines) et crudités (glucides complexes)
  • Pois chiches rôtis (protéines et glucides complexes) et tomates cerise
  • Edamame (protéines) et pop corn maison (glucides complexes)
  • Barre granola express (glucides complexes) et lait de soya non sucré (protéines)
  • Yogourt grec nature (protéines), bleuets congelés et granola (glucides complexes)

Pour les grands appétits

  • Un œuf cuit dur (protéines) et un smoothie étagé (glucides complexes)
  • Pointes de pita blé entier au four (glucides complexes) et hummus (protéines)
  • Galette de riz brun, rondelles de bananes (glucides complexes) et beurre d’arachides (protéines)
  • Mélange de randonneur : noix (protéines) et fruits séchés (glucides complexes)
  • Cubes de fromage (protéines) et raisins frais (glucides complexes)

Bref, que tu sois en sprint d’études ou en tournoi de volleyball partout dans la province, n’hésite pas à carburer tes activités avec les bons aliments, consommés au bon moment !